[Service Presse] L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes – Karine Lambert

L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes

Note : plume notationplume notationplume notationplume notation terplume notation bis

Auteur : Karine Lambert

Edition : Le Livre de Poche

Date de sortie : 7 mai 2014

Prix : 6.60 € Voir sur Amazon

séparation

Résumé : Cinq femmes d’âges et d’univers différents cohabitent dans un immeuble parisien. Elles ne veulent plus entendre parler d’amour et ont inventé une autre manière de vivre. L’arrivée d’une nouvelle locataire va bousculer leur équilibre. Juliette est séduite par l’atmosphère chaleureuse de cette ruche, à un détail près : l’entrée est interdite aux hommes. Va-t-elle faire vaciller les certitudes de ses voisines ou renoncer, elle aussi ? Ce roman vif et tendre oscille entre humour et gravité pour nous parler de la difficulté d’aimer, des choix existentiels, des fêlures des êtres humains et de leur soif de bonheur. On s’y sent bien.

transition

ce que j'en pense

Je tiens tout d’abord à remercier les Editions Le Livre de Poche qui m’ont permis de lire ce roman via notre partenariat ! N’hésitez pas à aimer leur page Facebook pour suivre leur actualité !

Ce roman s’est avéré être une lecture simple et agréable, un concentré de légèreté agrémenté d’une touche déjantée. C’est une histoire chick-lit comme on les aime : des femmes meurtries, une touche de romance, beaucoup d’amitié. Bref, on en redemande !

Karine Lambert nous conte donc l’histoire de 5 femmes vivant dans un immeuble à 5 étages dans lequel aucun homme n’a le droit d’entrer. Ces femmes disent avoir renoncé à l’amour, renoncé aux hommes car elles ont été trop meurtries par le passé ou parce qu’elles ne supportent pas leur présent. On suit chacune de ces femmes au fil de leurs chagrins d’amour, on découvre leur vie avant l’immeuble et ce qui les a amené à y emménager.


Les 5 personnages principaux sont donc les 5 habitantes de l’immeuble : d’abord les locataires : Rosalie, Simone, Giuseppina et Juliette, la nouvelle qui vient habiter dans l’appartement de Carla partie en voyage. L’immeuble appartient à  » la Reine «  qui habite au 5ème étage et qui établit les règles de l’immeuble.

J’ajouterai à cela le seul mâle de l’immeuble : Jean-Pierre, un chat !

Les 4 protagonistes (en dehors de Juliette qui arrive) ont toutes été détruites par la vie, voir par l’amour. La plupart sont effrayées à l’idée de retomber amoureuse et se contentent de choses simples … toutes, sauf Juliette … !

Les autres personnages présents sont, pour la plupart, des habitants du quartier.


On ne quitte quasiment jamais vraiment le quartier autour de l’immeuble, l’univers est donc très restreint (sauf pour Carla qui part en Inde, la chanceuse !)


Lorsque vous entamez ce roman, vous savez que cet immeuble est peuplé de femmes ayant renoncé aux hommes, c’est le titre. Cependant, vous ne savez pas pourquoi et vous souhaitez ardemment le découvrir.
De plus, la donne change dès le départ avec l’arrivée de Juliette, la petite nouvelle qui n’est pas vraiment d’accord et qui espère toujours, elle, du haut de ses 30 ans, trouver l’amour.
Il faut savoir qu’il s’agit là d’une lecture très très simple. Il n’y a pas d’action, peu de rebondissements. Certains la trouveront peut-être un peu fade. Je ne suis pas vraiment habituée à ce genre de lecture mais cela ne m’a pas empêché de l’apprécier. Je n’ai pas eu à réfléchir, je n’ai pas été étonnée non plus. Ce livre est à acheter pour passer un bon moment, pour vous détendre !


En conclusion, il s’agit d’une lecture très légère, agréable et rapide. Elle est idéale lorsque vous êtes en train de bronzer par exemple, ce livre est idéal pour la saison ! Il vous fera sourire avec ses 5 bonnes femmes touchantes, attachantes qui sont meurtries mais toujours pleines de vie.
Peut-être aurez-vous, vous aussi, envie de rejoindre ce club très sélect !


un petit mot pour la fin

« Les médecins lui avaient dit d’un air grave que son cœur battait à deux cent quarante-sept pulsations minute. Ils avaient parlé d’une maladie de Bouveret, d’un fil électrique à sectionner pour éviter que ça se reproduise. Elle, elle savait que si son coeur avait piqué un sprint, c’était pour essayer de rattraper François qui s’enfuyait et que s’il y avait un fil à sectionner, il ne s’appelait pas Bouveret. »

« Tu sais, les pensées, c’est comme des insectes. Quand tu les entends voler, reviens à ta respiration. Il y a une oasis à l’intérieur de toi, elle attend que tu viennes t’y reposer, te défroisser. »


les +

  • Une lecture simple, agréable, parfaite pour l’été
  • Bonne conclusion, bonne fin
  • Des personnages attachants, touchés par la vie

les -

  • En dehors de vacances, de l’été, ce livre peut peut-être paraître assez fade à certains d’entre vous selon vos habitudes de lecture, selon les attentes de chacun. Il ne s’y passe pas grand chose, il faut le lire quand on souhaite quelque chose de léger et simple, de beau tout simplement.
N'hésitez pas à partager cet article !Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

About

View all posts by

7 thoughts on “[Service Presse] L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes – Karine Lambert

  1. Comme le dit si bien AppleCokes, il a l’air charmant ! Je vais le mettre dans ma wishlist, et comme tu conseilles de le lire en été, j’attendrai peut être les prochains beaux jours…

Laisser un commentaire