Les rives de la terre lointaine – Sarah Lark

les rives de la terre lointaine

Mon avis sur Les rives de la terre lointaine de Sarah Lark publié par les éditions l’Archipel.

Note : 5/5   plume notationplume notationplume notationplume notationplume notation


les rives de la terre lointaine

Auteur : Sarah Lark

Edition : l’Archipel

Date de sortie :  8 juin 2016

Prix : 24 € voir sur Amazon

650 pages

Résumé de Les rives de la terre lointaine

Irlande, 1846. A 17 et 19 ans, Kathleen et Michael sont amoureux. Ils ne rêvent que d’une chose : quitter leur île natale pour rejoindre les Amériques, y fonder une famille et commencer une vie nouvelle. Car Kathleen est enceinte…
Mais ces projets s’effondrent quand Michael est arrêté pour avoir volé du pain. Il est alors envoyé en Australie pour y purger sa peine. Au cours de la traversée, il fait la connaissance de Lizzie, une jeune prostituée.
Pendant ce temps, Ian Coltrane, un vendeur de bétail, demande en mariage Kathleen, inconsolable depuis le départ de son amant. Ses parents acceptent sans hésiter. Les jeunes époux partent alors tous deux pour la Nouvelle-Zélande, dans l’espoir d’y faire fortune.
Hélas, Ian se révèle vite cupide et violent. De son côté, Michael – qui ne cesse de penser à Kathleen – est courtisé par Lizzie. Pour échapper au sort qui les attend, ils décident tous deux de s’enfuir pour la Nouvelle-Zélande.
Le destin saura-t-il réunir Michael et Kathleen ?

transition

ce que j'en pense

Kathleen et Michael sont amoureux en 1846, en Irlande.
Elle est très très pieuse. Il est vu comme un voyou par tous les villageois, son nom n’a donc pas une renommée extraordinaire.
Ils font des projets de vie commune et rêve de partir vivre dans le nouveau monde: l’Amérique.
Michael est cependant arrêté pour vol de sacs de seigle et d’orge qu’il avait revendu pour obtenir l’argent pour leur grand départ. Déporté en Australie (colonie britannique) pour réaliser des travaux forcés,  il promet à Kathleen qu’il lui reviendra. Cependant, celle-ci est obligée de se marier pour préserver son honneur.
Elle part alors en Nouvelle-Zélande avec son mari où elle vit difficilement dans une ferme.
Michael, quant à lui, rencontre une jeune prostituée londonnienne, Lizzie, durant sa traversée.
Les vies des protagonistes sont pleines d’embûches et de mauvaises rencontres.


Ce livre nous expose une superbe fresque historique sur fond de romance, empreinte d’un réalisme étonnant.
La fin n’est finalement d’ailleurs pas réellement celle d’une romance classique mais bien plus une fin réaliste qu’autre chose. Ça n’était pas la fin à laquelle je m’attendais mais elle est tellement bien amenée que j’ai trouvé que c’était la fin la plus logique.


Les personnages évoluent de façon spectaculaire durant les 18 années recueillies dans ce livre et, de ce fait, notre point de vue sur eux évolue aussi beaucoup.

L’histoire est basée sur des faits historiques importants et très intéressants. Nous sommes en effet totalement immergés dans la colonisation de l’empire britannique (mais aussi dans la rébellion des Irlandais contre la couronne). Nous nous retrouvons en plein cœur de la colonisation les protagonistes se découvrant colons.
Le sujet de la religion est lui aussi un sujet très important avec différentes croyances évoquées parmi les colons mais aussi la différence avec le peuple aborigène déjà présent : les maoris.

Le racisme est aussi un thème qui revient beaucoup avec la culture des maori que personne, en dehors de certains protagonistes, ne se donne la peine de comprendre. Il s’agit là d’une culture absolument fascinante.


Ce livre est vraiment dépaysant. J’ai trouvé que c’était une parfaite lecture de vacances. Elle m’a donné l’impression de voyager de par les multiples descriptions de magnifiques paysages.
C’est un roman très réfléchi, fascinant, s’articulant parfaitement avec les faits historiques.

Des thèmes surprenants sont abordés par des personnages intelligents comme le traité de Darwin non approuvé et quasiment caché par les religieux.


En conclusion, ce roman comporte des personnages très forts, épatants par leur force de caractère et aux parcours de vie fascinants s’articulant dans un thème de colonisation mais aussi en plein coeur de la ruée vers l’or. Ce pavé m’a tenu éveillé plus d’une nuit !

N'hésitez pas à partager cet article !Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

About

Lectrice depuis mon plus jeune âge, j’ai décidé de lancer mon blog en mars 2015 et ma chaîne BookTube en août 2016 que j’administre à côté de mon travail (interne en psychiatrie).

View all posts by

3 thoughts on “Les rives de la terre lointaine – Sarah Lark

Laisser un commentaire