Cogito de Victor Dixen

cogito instagram

Un don du ciel…
Roxane, dix-huit ans, a plongé dans la délinquance quand ses parents ont perdu leur emploi, remplacés par des robots. Sa dernière chance de décrocher le Brevet d’Accès aux Corporations : un stage de programmation neuronale, une nouvelle technologie promettant de transformer n’importe qui en génie.
…ou un pacte avec le diable ?
Pour les vacances de printemps, Roxane s’envole pour les îles Fortunées, un archipel tropical futuriste entièrement dédié au cyber-bachotage. Mais cette méthode expérimentale qui utilise l’intelligence artificielle pour  » améliorer  » la substance même de l’esprit humain est-elle vraiment sûre ? En offrant son cerveau à la science, Roxane a-t-elle vendu son âme au diable ?
Demain, l’intelligence artificielle envahira toutes les strates de la société. L’ultime frontière sera notre cerveau.

Auteur: Victor Dixen

Edition : Collection R

Date de sortie : 29 mai 2019

Prix : 19.90 € voir sur Amazon

544 pages

 

ce que j'en pense 2

Un roman d’anticipation saisissant !

L’histoire

Dans ce récit, nous suivons Roxane, une jeune délinquante que la vie n’a pas épargnée. Du haut de ses 6 de moyenne, elle décide de postuler à un stage de programmation neuronale pour apprendre le programme en accéléré grâce à des neurobots injectés vers son cerveau. Le but est bien sur d’obtenir son diplôme pour pouvoir trouver un métier dans une société où les intelligences artificielles ont remplacé beaucoup de travailleurs humains.

Mon avis

Quelle finesse ! J’avoue que je ne m’attendais pas du tout à une telle réflexion philosophique.

En effet, Victor Dixen interroge ici notre propre évolution vers la robotique pratique qui aide l’humain de plus en plus, jusqu’à remplacer les travailleurs moins compétents. C’est déjà ce qui est en train de se passer à une moindre échelle. L’auteur nous fait alors réfléchir sur l’évolution possible et l’éventuel mal-être engendré dans une société robotisée où l’humain s’avère inutile. De plus, Victor Dixen interroge ce qui fait de l’Homme sa singularité : le processus de la pensée. J’ai adoré le fait d’interroger à nouveau la pensée, le « cogito ergo sum » (« je pense donc je suis ») de Descartes à l’ère robotique. On sent un véritable travail de recherche avec de grands noms cités, de belles références cinématographiques et une cohérence médicale dans le processus.

Evidemment, il s’agit là d’un roman young adult, donc pour moi il peut y avoir comme une double lecture pour les plus jeunes. On peut simplement se cantonner à une sorte de camps de rattrapage pour adolescents favorisés ou boursiers avec les intrigues inhérentes à ce camp. Mais cela va en réalité beaucoup plus loin.

D’ailleurs, je n’ai pas vraiment été impressionnée par les personnages. Je les ai trouvé très clichés car on se retrouve devant l’état limite à l’histoire difficile, le sportif idiot, le geek intéressant et la pimbêche fortunée pas si méchante… Bref, du déjà-vu. De plus, j’ai retrouvé un soupçon de Phobos qui plaira aux fans de l’auteur : nous sommes à nouveau dans un huis-clos avec des adolescents tenus de sauver l’humanité.

Cependant, j’ai beaucoup aimé l’action, le suspense et les réflexions philosophiques disséminées dans ce roman. J’ai donc adoré cette lecture !

Conclusion

Cogito est un très bon roman d’anticipation qui permet de s’interroger sur notre société actuelle voulant toujours plus de praticité et évoluant de plus en plus vers la robotique. J’ai adoré les réflexions philosophiques et les réflexions de l’auteur qui m’ont permis de passer outre un casting de personnages qui m’a peu convaincu. Je ne peux que vous conseiller ce roman qui m’a beaucoup plu !

très bonne lecture notation

About

Lectrice depuis mon plus jeune âge, j'ai décidé de lancer mon blog en mars 2015 et ma chaîne BookTube en août 2016 que j'administre à côté de mon travail (interne en psychiatrie).

View all posts by

2 thoughts on “Cogito de Victor Dixen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *