Dévisagée d’Erin Stewart

dévisagée instagram

Tout le monde a des cicatrices, certaines sont juste plus visibles que d’autres.Ava a tout perdu dans l’incendie qui a ravagé sa maison. Ses parents. Sa meilleure amie. Même son visage. Elle n’a pas besoin d’un miroir pour savoir à quoi elle ressemble : la violence du regard des autres suffit. De retour au Lycée, Ava ne pensait pas tenir plus d’une semaine. Jusqu’à ce qu’elle rencontre la piquante Piper, qui porte comme elle des cicatrices, et Asad, technicien du groupe théâtre -qui partagent sa force de caractère et son humour à toute épreuve.

Auteur : Erin Stewart

Edition :  Gallimard Jeunesse

Date de sortie : 6 février 2020

Prix : 18.50 € voir sur Amazon

464 pages

ce que j'en pense 2

Une reconstruction tant physique que psychologique…

Mon avis

Dans ce roman, nous suivons Ava qui a tout perdu dans l’incendie de sa maison : ses parents, ses amis, son corps et tout ce qui faisait son quotidien un an auparavant.

Je suis une bête curieuse qu’on observe, pas une personne à qui l’on parle. Voilà pourquoi je n’ai pas besoin de miroir ; je rencontre mon reflet dans les yeux de tous ceux qui m’entourent.
Mon visage me revient sans cesse en pleine face.

Après une énième opération, Ava reprend le chemin du lycée. Nouveau lycée, nouvelles difficultés, nouvelles rencontres… Elle va alors se lier à la pétillante Piper et au discret Asad. J’ai vraiment beaucoup aimé ces trois personnages principaux qui sont bien développés. Je me suis attachée à chacun d’eux, mais bien sur, surtout à Ava. C’est une jeune fille pleine de ressources et avec des capacités d’adaptation vraiment impressionnantes.

Comment survit-on lorsqu’on a tout perdu ? Comment apprend-t-on à vivre avec un nouveau visage, un corps plein de cicatrices qu’on ne reconnaît plus ?

Le parcours d’Ava est impressionnant et l’intrigue est profonde, tout comme les personnages exposés. J’ai apprécié le fait que l’on n’enrobe pas la dure vérité de trop de douceurs. L’année qui vient de s’écouler pour Ava avec ces multiples opérations et ses séances de parage/torture sont exposées, et on ne cache rien. C’était dur. Ça l’est toujours. Les séquelles physiques sont exposées clairement, durement. On ne peut pas oublier l’état de son oreille ou de sa main. C’est dur sans en faire trop. C’est réaliste.

Je regrette de leur demander tant de sacrifices. […] Je suis désolée qu’ils se retrouvent avec moi sur les bras.
Mais le truc, c’est que moi aussi, je me retrouve avec moi sur les bras.

De plus, j’ai beaucoup apprécié la plume de l’auteur qui nous porte une magnifique réflexion sur l’après, sur la reconstruction et sur le syndrome du survivant. Le ton m’a beaucoup plu. C’est plein d’humour.
Le tout est enrobé dans une belle touche de théâtre et de comédies musicales. Cette histoire très dure et très lourde, s’est avérée finalement emportée légèrement au gré de problèmes d’adolescents et de chants de comédies musicales.

Vous l’aurez compris, j’ai vraiment adoré cette lecture importante qui aborde des thèmes passionnants. C’est bien fait, sans en faire trop et je sens que le parcours d’Ava n’est pas prêt de me sortir de la tête !

Conclusion

Dévisagée est un roman que j’ai vraiment adoré. Ava est impressionnante, tout comme ses amis et l’on ne peut vraiment pas ressortir indemne de leur parcours. Je ne peux que vous le recommander chaudement.

très bonne lecture notation

un petit mot pour la fin 2

Tourner la page ne veut pas dire oublier, murmure-t-elle. Ça veut dire laisser partir la douleur.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

%d blogueurs aiment cette page :