Le libraire de Cologne de Catherine Ganz-Muller

Cologne, Allemagne. 1934. Poussé à l’exil par les lois anti-juives, le libraire Alexander Mendel est obligé de s’exiler en France avec sa famille. Il confie sa Librairie à son jeune employé, Hans Schreiber. Par fidélité à son mentor et par haine du régime nazi, Hans décide de se battre, malgré les menaces et les bombes, pour que la Librairie continue à vivre dans cette période tragique. Le combat d’un libraire, héros ultime d’un pays où règnent la haine et la terreur, qui tente de faire triompher les livres… et la liberté.

Auteur : Catherine Ganz-Muller

Edition :  Scrineo

Date de sortie :  20 février 2020

Prix : 16.90 € voir sur Amazon

288 pages

Vidéo bientôt sur la chaîne

ce que j'en pense 2

La seconde guerre mondiale vue sous le spectre de la littérature…

Mon avis

Dans ce roman, nous suivons Hans, un jeune allemand qui va se donner comme mission de tenir la librairie de la famille Mendel,  une famille juive qui a décidé de fuir l’Allemagne.

J’ai plutôt bien aimé cette histoire, même si je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages.

En effet, j’ai trouvé l’écriture plutôt froide et détachée. Le ton est plus descriptif que porté sur l’affect. J’ai ainsi eu l’impression de lire une sorte de documentaire sur des personnages et des situations inspirés de faits réels. Je n’ai pas vraiment réussi à me détacher de la réalité du récit pour plonger dans la fiction…

J’ai trouvé très intéressant de s’intéresser à cette période terrible sous le spectre de la littérature. Tout tourne autour de cette librairie qu’on ne veut absolument pas voir s’éteindre et j’avoue qu’à un moment, je me suis demandé si Hans tenait vraiment la librairie, ou si c’était plutôt la librairie qui lui permettait de tenir… Tout s’articule autour de ce personnage et d’ailleurs, les personnages secondaires permettent simplement à l’auteure d’évoquer différents aspects horribles de cette guerre sans pitié… J’ai aussi aimé une certaine relation épistolaire qui permet de découvrir la situation française au même moment…

Enfin, j’ai beaucoup apprécié avoir un aperçu de cette dichotomie au sein du peuple allemand entre les partisans d’Hitler et les personnes qui déploraient cette orientation. Tout est expliqué par l’érudition par les livres et j’ai beaucoup aimé découvrir cette résistance du quotidien.

Conclusion

Le libraire de Cologne a été une bonne lecture pour moi. J’ai beaucoup aimé redécouvrir ces événements terribles sous le spectre d’une librairie en pleine ville allemande. Je déplore simplement le fait que le récit soit plus orienté sur les faits, sur l’intrigue issue de faits réels, plutôt que sur l’affect. La soif de liberté et la résistance d’une partie du peuple allemand sont cependant plutôt bien mises en avant.

bonne lecture notation

About

Lectrice depuis mon plus jeune âge, j'ai décidé de lancer mon blog en mars 2015 et ma chaîne BookTube en août 2016 que j'administre à côté de mon travail (interne en psychiatrie).

View all posts by

One thought on “Le libraire de Cologne de Catherine Ganz-Muller

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*