Le scribe et la princesse de Juliette Allais et Didier Goutman

Nous pourrions être en Cyrénaïque – l’ancienne Lybie -, au bord de la Méditerranée. Au nord, Rome n’est pas loin, à portée de navire. Au sud, le désert est tout proche, brûlant, inhospitalier, peuplé de nomades étranges et fiers, et de drôles d’animaux bossus, loin de la géométrie romaine et de ses camps bien ordonnés. L’ordre romain règne ainsi comme il peut, mais sans doute plus pour très longtemps. Nous pourrions être en 200 après J.-C., quand l’empire touche à son apogée, déjà menacé de toutes parts, et de l’intérieur aussi. Lui est scribe, au service du gouverneur de la province. Elle est princesse barbare, de l’au-delà du Danube, libre otage d’une politique complexe. Il est calme, posé, raisonnable. Il croit à l’ordre romain. Elle est violente et inspirée. Elle ne reconnaît aucun ordre, si ce n’est l’univers en marche et les étoiles comme guide. Tout les oppose, pourtant ils s’observent, s’étonnent et se respectent. Et puis vient la guerre, logique, inévitable. Ente deux peuples, deux mondes, deux manières de concevoir le vivant. La guerre que les hommes aiment parfois plus que leur propre vie. La guerre qui va les prendre aussi l’un et l’autre, malgré eux. Et les révéler aussi. A moins que ce ne soit le désert. Ou la retraite qui leur est imposée… Parce qu’au-delà de l’organisation, il y a la vie. Au-delà du chaos, il y a l’ordre. Par-delà l’ombre et le refoulé, il y a la paix. Pour elle. Pour lui. Pour nous ? Parce que Le scribe et la princesse est une histoire de conversion qui nous concerne tous, dans un monde qui est aussi le nôtre…

Auteurs : Juliette Allais et Didier Goutman

Edition : Eyrolles

Date de sortie :  10 janvier 2018

Prix : 13 € voir sur Amazon

128 pages

ce que j'en pense 2

Un véritable conte initiatique…

Ce roman se déroule 200 ans après JC, durant l’apogée du monde romain qui cherche toujours à s’étendre davantage…

Nous suivons ici à la fois un scribe romain ouvert d’esprit, mais habitué à l’ordre et aux victoires romaines ; mais aussi une jeune otage dite princesse de l’au-delà du Danube, étrange et portée sur les prédictions.
On va donc découvrir l’Afrique du Nord avec eux et surtout assister à une guerre menée par les nomades du désert.

La plume est agréable, c’est beau et poétique. Les deux personnages vont traverser des péripéties que l’on suit d’un œil très lointain. Je n’ai pas eu l’impression de vivre les événements avec eux, mais plutôt de les observer, tapie dans l’ombre.
Tous les deux vont ressortir changés, grandis de cette expérience et ne seront donc plus jamais les mêmes.
Raconté comme un conte, ce livre se déroule dans un contexte historique assez original. Cette histoire fait réfléchir.

Conclusion

Un livre original et surprenant qui se lit comme un conte avec un contexte historique bien précis. J’ai vraiment apprécié suivre les deux personnages principaux dans leur voyage initiatique.

bonne lecture notation

un petit mot pour la fin 2

A moins que tout au bout du monde connu, tout au bout de ce qui nous tient lieu de scène, derrière le rideau de nos apparences, on ne finisse par en découvrir les coulisses : des dieux hilares tirant les ficelles, un souffleur qui suggère des répliques, un régisseur général qui décide des changements de décor et un public d’immortels qui s’esclaffe ou frémit aux moments importants. De qui sommes-nous donc les jouets, nous qui nous croyons maîtres de nos destins ?

About

Lectrice depuis mon plus jeune âge, j'ai décidé de lancer mon blog en mars 2015 et ma chaîne BookTube en août 2016 que j'administre à côté de mon travail (interne en psychiatrie).

View all posts by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *