Le voleur de baisers de L. J. Shen

Elle ne lui était pas destinée. Être la fille d’un parrain de la mafia italienne de Chicago fait de la toute jeune femme une personne à part. Francesca va vite le découvrir que son avenir qui semblait tout tracé va être bouleversé par un homme qu’elle ne connaissait même pas. Depuis son plus jeune âge, elle rêve d’épouser un homme qu’elle connaît depuis toujours : comme elle, il appartient à une famille criminelle ; ils s’aiment et ont la même vision de la vie. Mais le sénateur Wolfe Keaton a d’autres projets pour elle. Cet avocat a une revanche à prendre sur la famille de Francesca et il a bien l’intention de l’utiliser comme un pion dans la partie d’échec qui l’oppose au père de la jeune femme. Pour cela, il veut en faire son épouse. La voilà obligée d’oublier tous ses projets, celui qu’elle est sûre d’aimer, sa liberté. Wolfe estimait avoir pensé sa vengeance jusque dans les moindres détails. Mais il a sans doute sous-estimé Francesca et les sentiments qu’elle lui inspire.

Auteur: L. J. Shen

Edition : Hugo Roman

Date de sortie : 5 décembre 2019

Prix : 17,5 € voir sur Amazon

408 pages

 

.

ce que j'en pense 2

Une romance atypique…

Dans ce roman, nous suivons l’héritière de la mafia italienne de Chicago, Francesca, élevée pour être mariée à une autre famille influente de l’outfit, mais aussi un Don Juan au passé tumultueux, sénateur et aspirant à monter dans la vie politique du pays, Wolfe, qui n’a qu’une envie : détruire le père de Francesca.

J’ai globalement bien aimé cette romance qui m’avait franchement attiré par son résumé qui sort un peu de l’ordinaire. L’auteure nous présente alors deux personnalités particulières et fortes. Francesca est à la fois une femme enfant naïve, préservée par les traditions italiennes, alors que Wolfe se présente comme un homme cruel et déterminé, prêt à tout pour accomplir la vengeance qu’il prépare depuis l’enfance… Ces deux personnalités explosives vont donner lieu à plusieurs quiproquo et malentendus, pas mal de conflits, le tout rentrant dans le schéma habituel des romances : on se déteste, on commence à s’apprécier, un élément perturbateur, on se pardonne tout et on s’aime ever ever after… Rien de bien original là-dedans donc !

Tomber amoureuse est une tragédie. Pas étonnant que ça rende les gens aussi tristes.

Cependant, je pense qu’on aurait pu imaginer un dénouement plus réaliste et c’est ce qui m’a un peu agacé (en plus de certaines scènes d’un Wolfe-macho-à-souhait !). L’histoire manque de réalisme dans son dénouement au profit d’une ode à l’amour qui m’a franchement fait lever les yeux au ciel et c’est dommage. Les personnalités sont travaillées et intéressantes pour finir totalement écrasées face à l’amour qui emporte tout sur son passage : la vengeance, les malentendus et tous les principes exposés au départ. Sauf que l’amour, ça n’est pas renoncer à soi et à ses convictions, c’est avancer avec à la rencontre d’une autre personne qui peut les moduler sans totalement les effacer. Et c’est donc dommage que l’histoire n’ait pas plutôt pris cette tournure !

Je suis mortifiée par l’idée de la beauté. C’est un concept puissant et insaisissable à la fois. Un cadeau joliment enveloppé que je vais forcément perdre un jour. Je ne veux ni l’ouvrir ni me vautrer dans ses avantages. Car je souffrirai d’autant plus quand il me faudra m’en séparer.

Côté personnages, j’ai autant détesté Wolfe que je l’ai apprécié à certains moments. Il est cruel, intransigeant, franchement sexiste et horrible au début du roman, pour finalement évidemment changer du tout au tout en rencontrant l’amour. C’est beau, c’est sur, mais c’est aussi très naïf. Les gens ne changent pas comme ça, et surtout, on n’a pas le pouvoir de les changer contre leur gré ! Quel dommage que ce message soit encore véhiculé dans les romances d’aujourd’hui…

C’est pour ça que les humains ont inventé le mensonge. Aucun autre animal ne ment dans la nature. La vérité est impitoyable. Elle vous déchire en deux, vous plonge le visage dans la boue. Vous oblige à regarder la réalité en face et à l’assumer. A sentir le véritable poids du monde dans lequel vous vivez.

Enfin, j’ai bien aimé le message lié à l’indépendance et à l’autonomie des femmes dans un milieu régi par des traditions italiennes très dures où la femme n’est qu’un faire-valoir ou un instrument de commerce… Un message brillant et exposé de façon intéressante !

Conclusion

Le voleur de baisers a été une bonne lecture pour moi, malgré des scènes, des propos et des aspects de certains personnages qui m’ont dérangé. Je n’ai pas vraiment apprécié la fin qui véhicule un message irréaliste en lequel beaucoup croient encore… (et que je m’évertue de démonter en thérapie !) Les personnalités sont bien travaillées, mais malheureusement trop vite balayé au profit d’un amour sans borne sans limite et aussi important qu’il est irréaliste. Le schéma de la romance est habituel, mais comporte quelques éléments surprenants. J’ai malgré tout passé un bon moment avec la plume addictive de L. J. Shen.

bonne lecture notation

Vous aimerez aussi

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

%d blogueurs aiment cette page :