Le jour où j’ai adopté un trou noir de Michelle Cuevas

Stella, 11 ans, découvre un jour dans sa chambre… un trou noir. Il l’a suivie après une visite à la NASA et elle doit maintenant s’occuper de lui. Le problème, c’est qu’il avale tout ce qu’il touche ! Parfois, c’est pratique, comme lorsqu’il s’agit d’objets qui lui rappellent son père décédé. Mais lorsque son chien disparaît à son tour, Stella et son petit frère doivent faire un voyage extraordinaire à travers le trou noir pour sauver leur compagnon… et les souvenirs de leur père.

Auteur : Michelle Cuevas

Edition :  Nathan

Date de sortie : 6 février 2020

Prix : 12.95 € voir sur Amazon

224 pages

 

Je remercie Nathan pour l’envoi de ce roman

ce que j'en pense 2

Un roman jeunesse qui aborde avec brio la thématique du deuil d’un parent…

Mon avis

Stella, 11 ans, a perdu son père quelques mois auparavant. Un jour, elle s’aperçoit qu’un trou noir la suit jusque chez elle et avale tout ce qu’il touche ! Cela va s’avérer plutôt pratique quand il s’agit d’objets remplis de souvenirs de son père décédé… Finalement, elle va s’apercevoir que ça n’est jamais aussi simple et que ces souvenirs ne peuvent ni disparaître, ni s’altérer

Si un trou noir avalait une personne, est-ce que ça ferait comme si elle venait de mourir ? Ou est-ce qu’elle serait complètement effacée, avec tous les souvenirs qui lui sont associés, comme si elle n’avait jamais existé ? Je trouve ça triste, jusqu’à ce que je me rende compte que je vis l’inverse. L’inverse, c’est que j’ai perdu quelqu’un que j’aimais, mais que je me souviens encore de toutes les petites choses et de toutes les grandes choses liées à lui, et que ces souvenirs prennent toute la place.

Le personnage de Stella m’a beaucoup touché. Elle est intelligente, réfléchie et souffre en silence, de son côté. Cette aventure va aussi lui permettre de se rapprocher de son petit frère Cosmo et de sa mère.

Ce roman m’a énormément plu car il expose une aventure qui va faire grandir la jeune fille et l’aider a faire son deuil… J’ai adoré !

Des fois… eh bien des fois, ce qu’on croit être un trou noir dans sa vie qui aspire tout dans son obscurité… est en réalité un trou de ver. Un portail. Un moyen de rentrer chez soi. Si tu arrives à tenir et à affronter l’obscurité, à la fin, il te conduit là où tu dois aller. Il te ramènera à toi-même.

Ce thème si particulier du deuil pour un roman jeunesse est ici abordé avec brio. En effet, l’auteure y a disséminé plusieurs touches d’humour qui apportent un peu de légèreté, totalement indispensable dans un roman jeunesse ! Les éléments abordés n’en sont que plus justes et sérieux. Armée de belles métaphores, Michelle Cuevas imagine une aventure basée sur un trou noir représentant à la fois la tristesse liée à la perte et l’immense trou ressenti dans le cœur de Stella. C’est beau, c’est bien écrit et le message est aussi lumineux que le thème est sombre.

Rien ne peut rester éternellement. Nous voulons nous accrocher aux choses, mais la Lune finit toujours par se dissoudre le matin.

Comment se remet-on du décès d’un parent ? Cette question subsiste à tout âge et je pense que ce roman est adapté peu importe l’âge. J’ai d’ailleurs pris énormément de plaisir à le lire et en suis ressortie vraiment touchée par les mots de l’auteure.

Conclusion

Le jour où j’ai adopté un trou noir m’a totalement conquise et il s’agit là d’un petit coup de cœur pour moi. Le thème abordé est difficile et pourtant c’est réalisé avec finesse et subtilité. Les messages retenus sont aussi importants que lumineux : à mettre entre toutes les mains !

mes petits coups de coeur

un petit mot pour la fin 2

On n’est pas juste fait que de bons côtés. Pour être quelqu’un, il faut qu’on ait un est et un ouest, et un sud, aussi. Si on enlève tout ce qui est pénible, on perd quelque chose d’essentiel, on perd le nord.

Si on la laisse faire, voilà sans doute ce que provoque la douleur : elle nous fissure, laisse entrer la lumière et nous montre ce qu’il y a à l’intérieur de nous-mêmes.

Peut-être que ce que j’avais pris pour mon superpouvoir n’était en fait que ça : être enfin capable de voir que rien n’est juste bon ou mauvais, que tout contient des multitudes et que je suis, comme n’importe qui, une merveilleuse galaxie tournoyante et chaotique de tout ce qui m’est arrivé dans la vie.

About

Lectrice depuis mon plus jeune âge, j'ai décidé de lancer mon blog en mars 2015 et ma chaîne BookTube en août 2016 que j'administre à côté de mon travail (interne en psychiatrie).

View all posts by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*